Madagascar background
Madagascar flag

Madagascar

À Madagascar, la nature semble s’être retirée comme dans un sanctuaire particulier pour y travailler sur d’autres modèles que ceux auxquels elle s’est asservie dans d’autres contrées. Les formes les plus insolites et les plus merveilleuses s’y rencontrent à chaque pas.

Philibert Commerçon

retour aux pays

Le huitième continent

Médecin, botaniste, naturaliste et explorateur. Philibert Commerson faisait partie de ces hommes au génie multiforme qui, après la première phase des grandes découvertes géographiques ayant redessiné les frontières du monde à partir du XVe siècle, voyagèrent et étudièrent pour approfondir leurs connaissances sur les habitants de ce nouveau monde, qu'ils soient humains, animaux ou végétaux. Ce n'est pas un hasard si ses notes de voyage consacrées à Madagascar sont empreintes d'un enthousiasme sans pareil.

En effet, nous savons aujourd'hui que Madagascar s'est détaché du supercontinent appelé Gondwana, il y a environ 140 millions d'années. En plus de Madagascar, les territoires correspondant actuellement à l'Afrique et à l'Inde faisaient partie de ce supercontinent. La séparation de ces terres a fait que Madagascar est devenu l'habitat d'un ensemble d'espèces animales et végétales très particulier, voire unique au monde. Certains biogéographes appellent Madagascar le huitième continent.

Le territoire

Madagascar, également connue sous le nom d'île rouge, est la quatrième plus grande île du monde. Cela est dû à la couleur typique de ses sols, riches en fer. Dans la partie centrale du pays se trouve un vaste plateau, ponctué de vallées et de collines. Là où la disponibilité en eau est plus abondante, le paysage alterne forêts et terres agricoles, tandis que dans d'autres zones moins fertiles, celles-ci laissent place à des milieux de type savane.

Compte tenu des particularités de Madagascar, ses zones naturelles protégées revêtent une importance particulière et l'UNESCO a inscrit deux parcs du pays sur la liste des sites du Patrimoine mondial de l'humanité. Plus généralement, toute activité visant à préserver l'environnement malgache revêt une grande importance. Ce poids environnemental s'est accru au cours ces dernières années vu l'augmentation démographique du pays, qui a vu sa population quintupler au cours des cinquante dernières années.

Madagascar body 1

Treedom à Madagascar

Le travail de Treedom à Madagascar s'est développé à partir de la commune de Vohiday, dans une zone rurale adjacente à celle de la forêt du même nom. Une zone, comme beaucoup d'autres zones rurales de Madagascar, dans laquelle s'est répandue l'agriculture itinérante, pratiquant souvent l'incendie de forêts et d'anciennes terres agricoles. Cette pratique s'appelle la culture sur brûlis et est de moins en moins durable. C'est pourquoi le projet, développé en collaboration avec Tsyriparma, visait tout d'abord à offrir une alternative permanente, durable et à long terme à ce type d'agriculture.

Au fil du temps, compte tenu des excellents résultats obtenus, les activités se sont étendues à de nouvelles communautés de paysans et de nouveaux territoires dans la zone d'Ambositra, au cœur du pays.

Madagascar body 2

Ensemble pour changer

«Nous sommes nés dans le but de mettre fin à la dégradation de l'environnement et à la destruction de la forêt à Madagascar. Aujourd'hui, nous faisons vraiment de tout cela une réalité, mais ce n'est pas tout : nos actions, en plus de favoriser l'environnement naturel, se sont également élargies vers le développement de l'accompagnement social et économique des populations vivant autour des forêts».

Ce sont les mots de Nicola Gandolfi, fondateur de Tsiryparma. Créer des pépinières, diffuser une nouvelle conscience environnementale, protéger les forêts et le faire en aidant les communautés locales à se développer de manière plus durable en plantant des arbres. Grâce à un travail intense, Madagascar devient un pays très important pour le développement de nos projets. Ensemble, nous apportons vraiment un grand changement positif.

Madagascar body 3

196 923

trees planted in Madagascar

11 584

beneficiaries involved in Madagascar